vendredi 22 septembre 2017

Promenade






Les trottoirs respirent légèrement
Les fleurs étourdissent de leurs corolles
D'un goût d'iode, amoureusement,
On se promène comme on décolle

Bras dessus, et les mains en rappel
Le long du rire qui surgit d'un coup
Les pas au ciel de nuit font l'appel
Des mots. Quelques baisers fous

Reviennent entre les feux patients
Les dépassements qui pétaradent ;
On se regarde de l'oeil lancinant
Qui veut aller vers le prochain rade,

La prochaine destination heureuse
Pour des genoux qui cicatrisent
Une autre absinthe ! Verte et fameuse
Au fond des gorges où l'envie frise

De la boisson à la promenade
Des yeux collés à l'âme piétonne
Oh, une bouche est une sérénade
Et dans la rue les lèvres résonnent...

Aucun commentaire: